Canyon du Groin

Il y a des premières fois qu’on oublie pas… et ce canyon de l’Ain en fait parti.

C’était en 1992, le topo débutait la description ainsi : « angoissant, austère… » mes collègues saisonniers de l’époque n’étaient pas très rassurés, moi non plus… et que dire en se garant à côté du pont avec écrit sur la pancarte : « Le gouffre du diable ! ». Inoubliable.

La descente commence par un saut très technique d’environ 12 mètres dans une vasque sombre et très profonde, ensuite, en nageant, on passe sous un siphon dégagé puis s’en suit une nage d’une 50aine de mètres. Ensuite, saut de 8 mètres, re nage d’environ cinquante mètres, on arrive devant un mur, passage d’un petit, mais obligatoire, siphon.

Maintenant il fait pratiquement nuit même par grand soleil, on nage jusqu’au bord d’une cascade, on prend pied pour sauter de 5 mètres dans le noir, puis longue nage d’environ 150 mètres. En fonction de l’heure et de l’époque, quelques rayons de soleil arrivent à se glisser jusqu’à l’eau, donnant une ambiance de cathédrale et une lumière magnifique.

En deuxième partie, la gorge s’évase et on progresse dans un chaos avec au milieu un passage agréable et quasi souterrain.
Dans la dernière partie, la rivière s’encaisse à nouveau, on saute plus sereinement car c’est beaucoup moins oppressant qu’au début de la course.

Pour le retour, Rév’asion aura anticipé une navette.

Accéder au site

  • Lyon : 1h50
  • Bourg-en-Bresse : 1h20
  • Macon : 1h45
  • Genève : 1h20
  • Dijon : 2h45
  • Annecy : 1h30